vendredi 14 novembre 2014

La médiation littéraire dans les nouveaux territoires

Le succès de la récente présentation les 08 et 09 novembre, dans le cadre de l'OpenSimulator Community Conference 2014 à nos amis américains d'une modélisation web 3D d'une Roue à Livres de 1501 (ancêtre de l'hypertexte) réalisée par Jenny Bihouise, conseil en applications numériques 3D innovantes avec laquelle je travaille, m'incite à faire le point sur mon investissement depuis plusieurs années au coeur de ces nouveaux territoires numériques.
Plusieurs facteurs (développement de casques de réalité virtuelle, de lunettes connectées, d'interfaces de projections 3D ou d'hologrammes sans lunettes, des projets en cours de nouveaux mondes immersifs sur le web...) convergent en effet vers l'émergence de nouvelles aires d'échanges.

Des prototypes pour réveiller les décideurs

Je fais de la veille sur le web 3D immersive depuis 2006 et, depuis la publication en 2011 de mon essai préfacé par François Bon, De la Bibliothèque à la Bibliosphère, c'est sur ce type d'espaces précisément que je développe le concept de bibliosphère.
Récemment et dans cette perspective nous avons spontanément développé des prototypes comme, par exemple, cette possible migration du Labo BnF dans un espace web 3D reproduisant à l'identique l'environnement et ses possibilités.
Photos Droits Réservés Cf. note en fin de post.
Le Projet BiblioSphère, qui fédère l'ensemble de ces expérimentations, est membre du Collectif l'i3Dim, l'incubateur 3D immersive, et une de ses déclinaisons, la MBN – Méta-Bibliothèque Numérique, est hébergée depuis quelques mois sur la plateforme 3D EVER (Environnement Virtuel pour l'Enseignement et la Recherche) de l'Unera (Université numérique en région Alsace) de l'Université de Strasbourg, sur laquelle nous présentons également le projet ML3D – Ma Librairie en 3D, recherche sur ce que seront peut-être les librairies du futur.
Le concept ʺbibliosphèreʺ a par ailleurs été l'objet d'une validation design thinking au cours du Mooc Pensée design organisé par France Business School en juin 2014.
L'illustration ci-dessous montre un autre de nos récents prototypes.
 
insertion d'un module web 3D immersive au sein de la vidéo 3D subjective de la BPI


Historique

Ces expériences s'inscrivent toutes en fait dans le prolongement d’un projet initial de dispositif expérimental de lecture sociale connectée, qui fut présenté en mars 2011 dans le cadre d’un concours organisé par le Laboratoire des Nouvelles Lectures pour le Salon International du Livre et de la Presse de Genève.

Baptisé alors MétaLectures, ce projet a pu développer durant la période de janvier 2012 à juin 2013 une implantation expérimentale sur le web 3D immersive, non commerciale et déjà basée sur le logiciel libre opensimulator avec lequel nous continuons de travailler.

Se présentant comme un incubateur, MétaLectures était défini à l'époque comme étant : « un environnement web 3D immersive pour présenter, expérimenter et développer des solutions innovantes dans l'univers du livre et de la lecture francophones, et y explorer de nouvelles formes de médiation autour du livre ».

MétaLectures s’est d’abord constitué autour de trois “Labos virtuels” : le Labo Synesthéorie (en collaboration avec le Projet synesthéorie du chercheur Vincent Mignerot), le Labo Tice Primaire avec Michèle Drechsler (Inspectrice de l'éducation nationale, conseillère TICE et chercheuse associée au laboratoire CREM de l'Université Lorraine), le Labo MétaLire (qui a développé un espace web 3D spécifique de démonstrations à destination des éditeurs pure-players jeunesse), et l’Espace Anne Astier, consacré à l’exposition du travail de cette artiste connue depuis plusieurs années sur le web 3D, autour de son concept de “livre quantique”.

Au cours de l’année 2012 seize événements ont été menés “in world” sur MétaLectures, en comptant quatre duplex de présentation auxquels MétaLectures a été associé (le 13 janvier 2012 avec Kate Legendre depuis les Rencontres d'Autrans, le 10 mars avec Anne Astier depuis la Médiathèque Hugo Pratt à Clermont Ferrand, le 17 mars avec Jenny Bihouise depuis le Pôle Images Picardie à Beauvais, et le 23 avril avec Kate Legendre depuis les Journées MITIC à l’Institut Francilien d’Ingénierie des Services de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

De nombreuses conférences d’artistes multimédias (Anne Astier, Karen Guillorel, Yann Minh, Exomène…) furent organisées, ou d’autres plus didactiques, comme le 14 décembre 2012 l’intervention de Florian Forestier (Docteur en philosophie et membre du Centre d’études de la philosophie classique allemande et de sa postérité (CEPCAP) de la Sorbonne, et à l'époque Conservateur à la BnF) sur le thème de l'écrit et de la spatialité (L'élargissement de l'ordre des livres : l'urbanisme comme modèle).

Plusieurs dizaines d’internautes de France et de la francophonie ont régulièrement participé à ces manifestations (une trentaine en moyenne).

Durant l’année scolaire 2012-2013 MétaLectures s’est également investi pour mobiliser la communauté enseignante, en initiant et en animant un cycle de rencontres bimensuelles sur la formation professionnelle et la pédagogie dans les environnements opensimulator. Douze soirées ont ainsi été organisées de décembre 2012 à fin juin 2013 autour des retours d’expériences d’enseignants et de formateurs utilisant opensimulator en classes de maternelle, primaire, collège, lycée et université, et en formation continue et enseignement artistique. Ces actions ont permis de valider l’utilité et la pertinence des outils collaboratifs 3D d’opensimulator pour l’enseignement et la formation professionnelle, notamment avec des enseignants de différentes universités françaises.

En janvier 2013, depuis La Cantine numérique rennaise, puis en avril 2013 depuis les journées Le Futur du Livre de Chenôve-en-Bourgogne, j'ai été sollicité pour donner deux conférences en duplex sur le thème : Le livre et la lecture dans le futur web 3D. Ces conférences ont été l’occasion de tester sur le terrain la complémentarité d’une intervention mixte, à la fois “in world” (c’est-à-dire dans le monde ”virtuel” numérique) et IRL (c’est-à-dire in real life), et d’observer les possibilités d’échanges à distance des deux auditoires.

Au terme de l’expérimentation, en juin 2013, MétaLectures était sollicité pour l’ouverture d’un quatrième “Labo virtuel”, France-Québec, en partenariat avec Danielle Dussault, enseignante et écrivaine québécoise, dont le projet était d’organiser des ateliers d’écriture à distance, mais avec le maximum de potentiel du présentiel et de développer des passerelles entre les internautes francophones utilisateurs d’opensimulator des deux côtés de l’Atlantique.
 
L’arrêt de l’expérimentation a coïncidé avec des demandes de nouveaux participants porteurs de projets (l’association Bibliossimo — association de bibliothécaires et documentalistes formateurs et pôle d'expertise sur l'usage des logiciels libres dans les bibliothèques ; le projet “Royaume des ombres” porté par le département médiation arts et cultures numériques du Carré d'Art Bibliothèques de Nîmes ; et la maison d’édition belge WebOpera, liée au réseau international d’associations de la Ligue des Optimistes). Certains de ces projets se sont depuis poursuivis au sein du Collectif i3Dim.

N.B.: Illustrations tous droits réservés, © Photos et projets Lorenzo Soccavo & Jenny Bihouise, Paris.