Ce blog ne propose AUCUNE publicité mais vos filtres peuvent y bloquer l'affichage des images, vous pouvez les désactiver sans risques.

vendredi 27 mars 2015

Comment le poète Philippe Jaffeux interroge la prospective du livre

Une page de N L'ENIEMe (2013) de
Philippe Jaffeux (Trace(s)/Passage d'Encres) 
Pour François Huglo : "Les livres de Philippe Jaffeux précipitent leur lecteur dans un vertige lucide. L’apprentissage de l’alphabet a produit jadis, chez chacun, un effet comparable. Mais le numérique a changé la donne, pour le meilleur et pour le pire. Et le meilleur, c’est ce qu’invente Jaffeux. Il nous console de l’ordinateur comme la littérature nous console de l’ordre comptable et militaire des lignes d’écriture." (sur Sitaudis.fr).
Pour ma part je suis plus perplexe.
 
Je suis régulièrement sollicité et le plus souvent par des personnes en quête d'une plus large audience, mais qui n'ont visiblement pas pris la peine de s'informer de mon activité et du champ de mes recherches. Je n'ai pas eu l'impression que c'était le cas cette fois-ci et j'ai été d'emblée intrigué par l'écriture, l'énorme travail qu'avait dû demander une telle production, obsessionnelle et obsédante, autour des problématiques même de l'écriture, des lettres, de l'alphabet.   
   
La littérature et particulièrement la poésie numériques ont déjà une longue histoire, voir ici, ou voir là, entre autres... (puis voici une Timeline de la littérature numérique).
J'ai quelque peu abordé ces rivages ici même, lire par exemple "La plasticité du numérique au service de la poésie" de septembre 2010, et incidemment dans quelques autres billets...
 
Voici donc quelles ont été mes interrogations (restées sans réponses) face à l'œuvre de Philippe Jaffeux, et comment je les ai (maladroitement peut-être) formulées alors :
 
" - Votre écriture s'impose, par sa prolixité, sa compacité ; j'y ressens comme une insistance singulière à cristalliser le discours sur lui-même, un ferment de discours réflexif - comme l'on parle de conscience réflexive. Mais aujourd'hui, alors que nous traversons une période de mutations des dispositifs et des pratiques d'écriture et de lecture, ce véritable corpus textuel pourrait être, et conséquemment peut sembler avoir été généré par un algorithme, un programme informatique préalablement écrit, par vous, voire par une intelligence artificielle. Comment travaillez-vous ?

- Paradoxal, ce phénomène textuel que vous engendrez, à la fois bavard et opaque (d'après ma réception, ma perception subjective) résiste à la lecture. Derrière la linéarité de façade, il y a comme un mur à traverser pour le lecteur, puis une demeure à habiter. Déchiffrer, lire, c'est progressivement habiter un texte. J'ai repensé, en essayant de vous lire, aux performances de Jacques Donguy, par exemple. Comment voulez-vous ou comment pensez-vous être lu ?

- Est-ce là un acte de résistance de votre part ? Je veux dire quelques postures matamores ou donquichottesques d'un Homme-Poète face aux stratégies machinantes de l'industrialisation du livre et des loisirs, face aux mécanismes qui semblent triompher, qui, peut-être, triompheraient avec le passage d'une édition imprimée à une édition numérique ? Ou, au contraire, serait-ce pour vous un chant du cygne (ou du signe) de la poésie ? "
 
Plus prolixe dans un entretien à lire avec Emmanuèle Jawad sur Libr-critique, le "post-poète" s'explique : "L’emprise actuelle du numérique sur l’écriture favorise, à mon avis, un surgissement opportun des nombres. Mes textes tentent aussi de témoigner de cet état de fait. Je n’ai évidemment pas la prétention de faire quelque chose de nouveau mais j’essaye de porter un regard inédit sur des lettres antédiluviennes. L’intervention de l’ordinateur, l’utilisation des nombres comme une matière qui préexisterait aux lettres, me détache des traditions liées à la poésie graphique et peut-être même de la littérature… [...] Ma poésie ou mon antipoésie est numérique car, selon cette technologie, les lettres se réduisent à être seulement des nombres. Je travaille avec, et non pas contre, des machines qui, par conséquent, particularisent mon activité. Le terme de post-poésie aurait peut-être un sens à condition qu’il soit associé à celui de post-humain, c’est à dire, en ce qui me concerne, à une écriture générée en partie par les ordinateurs. Mes textes essayent d’évoquer un entrelacement entre le langage de l’électricité et celui de l’alphabet. L’énergie de mon travail est d’abord électrique car elle émane des ordinateurs. Mes nerfs éprouvent aussi du plaisir à être mis en éveil par le flux électrique de ces machines. Toute la dynamique de mes textes est soutenue par un alphabet électrique qui aspire surtout à être l’incarnation d’un mouvement, d’un élan transcendant et libérateur. Si les réflexions de Nietzsche sur Pythagore m’ont conduit à attribuer une valeur divine aux nombres, j’utilise aussi ces derniers comme les pièces d’un jeu qui essaient de traduire le lyrisme de l’électricité. Mon activité peut être définie comme une tentative de numérisation poétique et impersonnelle de l’alphabet...".
Intéressant, pas inintéressant dans tous les cas.
Et plus loin : "Comme dans le Zohar, les lettres précèdent la création de l’univers et induisent donc celle de l’homme et de la parole. Dans le même ordre d’idée, je pense que les lettres furent d’abord des traces, des dessins, des gestes qui précédèrent et déterminèrent l’apparition de la parole. Contrairement aux idéogrammes, aux hiéroglyphes, aux lettres arabes ou hébraïques, notre alphabet phonétique et utilitaire, domestiqué par nos paroles, a perdu toute relation avec le sacré. Mes efforts consistent souvent à me déporter dans les marges de l’écriture afin de révéler l’illisible et parfois l’inhumain. Dans un monde séparé du cosmos, mon écriture a besoin de basculer dans l’irrationnel et le divin. Le monstrueux et la démesure peuvent aussi contrecarrer cette carence. J’écoute la conscience de mon inconscient afin de venir à bout de la raison raisonnante, de la glose, des ratiocinations, de la pensée réflexive… Écrire Alphabet est aussi un moyen de révéler tout ce qui n’est pas lisible...".
 
En ne pouvant répondre à mes interrogations, Philippe Jaffeux interroge la prospective du livre dans sa dimension mythanalytique (telle que j'ai pu ici même l'évoquer à l'occasion de mes contributions pour la Société internationale de Mythanalyse, ou dans le cadre du séminaire Ethiques et Mythes de la Création).
Son abondante production textuelle nous questionne tous sur l'opacité des nouveaux paradigmes d'une littérature qui pourrait être générée par algorithmes, sur les multiples artifices qui surgiraient d'une transhumanité fantasmée et telle que s'en multiplient des échos science-"fictionnesques" sur la Toile. Nous pouvons y lire, par exemple, que : "Dans quelques années, vos livres préférés auront peut-être été écrits par des robots".
Que des robots puissent, par exemple comme je l'entendais dire récemment, jouer, voire composer, du Mozart, est aujourd'hui de l'ordre du possible, mais un robot pourra-t-il un jour être UN Mozart ?
Un algorithme peut générer des textes de toutes sortes, mais, un robot humanoïde pourra-t-il être un jour un nouveau Rimbaud, un Antonin Artaud AUTRE qu'Antonin Artaud ?
La question que je me pose est finalement tout simplement celle-ci : un algorithme peut-il écrire du Philippe Jaffeux ?
 
Aperçu de O L'AN/ de Philippe Jaffeux, Atelier de l'agneau éditeur, 2012

Vous pouvez vous faire votre idée en téléchargeant gratuitement Alphabet de Philippe Jaffeux au format PDF sur le site de SITAUDIS.

Question subsidiaire : une datamasse (données massives) purement poétique et virale reconfigurerait-elle à notre insu et en ce moment même la création poétique contemporaine (même imprimée) ?
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire