vendredi 3 mai 2013

Le livre et la lecture suivront-ils ?

J'ai eu le plaisir d'assister hier soir au plateau média de La Gaité Lyrique (numérique plutôt en fait) de Paris à une soirée de Strabic.fr, revue de recherche en design, présentant entre autres les travaux de Sandrine Nugue, jeune typographe, et créatrice d'un caractère pour une lecture rapide et intuitive des sous-titres  (voir illustration) et qui pourrait bien, pourquoi pas, s'adapter à l'édition numérique, ou en tous cas initier des recherches dans ce sens.
Son Mémoire traitant d'une approche de la typographie et des mécanismes cérébraux de la lecture s'inspire notamment des travaux de Stanislas Dehaene, psychologue cognitif et neuroscientifique, auteur du célèbre Les neurones de la lecture, paru en 2007 aux éditions Odile Jacob.
 
Pour Sandrine Nugue : "Les hommes sont de bons lecteurs, mais ne l’ont pas toujours été. Nous avons recyclé une partie de notre cerveau, en détournant la fonction première de l’occipito-temporal ventral gauche qui permet la réception des formes visuelles. Nous avons ainsi établi des alphabets, qui assemblés, constituent des mots, des phrases, du sens.
Au cours de ces 5400 dernières années, ce système ingénieux a principalement évolué de manière intuitive afin d’optimiser l’acte d’écrire et de lire. Aujourd’hui, nos modes de lecture changent à travers la diversification des supports. J’ai choisi
, écrit-elle, d’interroger la lecture en réévaluant nos habitudes, même au prix de certaines perturbations, parfois bénéfiques. Il m’a semblé essentiel de comprendre notre manière d’appréhender les formes, en tant que manipulatrice de signes, tout autant que lectrice. Je me suis donc penchée sur les mécanismes cérébraux de la lecture à travers des recherches en psychologie cognitive, tout en développant en parallèle un dessin de caractères."
 
Le design éditorial est à notre époque d'e-incunables ce que fut la typographie aux débuts de l'imprimerie.
La lecture sur écran (liseuses, tablettes...) devrait je pense susciter davantage de travaux, à la fois sur l'adaptation typographique et sur les procédés d'affichage, par exemple, en rompant avec la linéarité du manuscrit et de l'imprimé. Je pense notamment à de possibles adaptations du procédé RSVP (Rapid serial visual presentation) où les caractères sont projetés un à un.
Apparemment l'innovation pourrait venir des recherches pour les sous-titrages de films et de la mise au point de lunettes vidéos. Les nouveaux dispositifs de lecture, le livre et l'édition suivront peut-être...