mardi 14 janvier 2014

Humaniser la médiation numérique autour des livres

Le véritablement nouveau dans le domaine de ce que certains appellent l'édition numérique, ou le livre, ou la lecture numériques, vient principalement en fait du web, de la désintermédiation qu'il implique, des nouvelles possibilités de dialogues et de conversations qu'il pourrait ouvrir comme des fenêtres (des "fait naître").
Les circuits économiques restent sclérosés, les nouveaux dispositifs de lecture bien imparfaits encore (relire SVP ma récente Tribune libre sur IDBoox : ebooks, pourquoi les liseuses m'ont déçues ?).
L'essentiel était avec et dans Zazieweb lancé en 1996 par Isabelle Aveline.
Aujourd'hui il serait temps de passer à une autre étape de développement. C'est ce que je propose dans un article titré : Le potentiel inexploité du web, sur le blog du Collectif i3Dim - l'incubateur de la 3D immersive.


 
Extrait: "Le web 2D traditionnel est plat. Sa profondeur illusoire ne réside que dans notre bonne foi à passer d’un écran à l’autre par hyperliens en nous payant d’un vocabulaire valorisant et trompeur (surfer, etc., toute la ribambelle de métaphores océaniques ou technicistes).
Le web est pour moi aujourd’hui une des choses les plus ringardes qui soit en ce début de troisième millénaire. Il n’est en vérité que l’hypertrophie d’une encyclopédie Quid, proposant surtout un nouveau mode de feuilletage, saupoudré d’un peu de télé et de radio. Même si elle est masquée, la logique du codex, celle de l’empilement (par exemple, des pierres sur les premières sépultures humaines) reste sous-jacente.
Le web 3D immersive, qui depuis plusieurs années se développe en open source, permet au contraire à l’internaute de ne pas rester en surface des pages-écrans, mais, de passer virtuellement de l’autre côté de l’écran, comme la jeune Alice de Lewis Carroll de l’autre côté du miroir." ...