samedi 26 avril 2014

De l'hypothèse Sapir-Whorf en prospective du livre

A la question : La prospective du livre et de la lecture devrait-elle prendre en compte l'hypothèse de Sapir-Whorf (HSW), laquelle peut se formuler simplement ainsi : les façons dont nous percevons le monde dépendent du langage que nous utilisons, la réponse serait : "Oui, évidemment !".
La corollaire étant que les langages créent des mondes.
Le court texte ci-après, intitulé "Seuils et avoisinances" est un pas de côté en prospective, pour approcher ce pouvoir créateur, modestement dans la filiation des Villes invisibles d'Italo Calvino.   
J'évoquais récemment ces pistes dans un autre post : Les processus de la lecture éclairés par la théorie des univers parallèles.
Cette démarche s'inscrit elle-même en parallèle, en marge, en complément, en écho... de la toute récente création de la Société Internationale de Mythanalyse par Hervé Fisher au Québec. 
 
------------------------------------------------------
 
la surface des pensées...
" Les orygines sont une espèce d’antilopes particulièrement étranges. Leur viande est réputée immangeable à un point tel que même les grands carnivores ne les chasseraient pas. Pour autant les orygines ne pullulent pas. Elles ont, pour s’exprimer, le besoin de vastes espaces dépeuplés de toutes espèces animales. Longtemps les hommes ont cru que c’était au-dessus des nuages que les orygines galopaient en toute liberté, mais l’invention de l’aviation a tué ce mythe. S’il reste aujourd’hui des orygines elles sont certainement en nombre réduit, en petits groupes isolés, otages d’espaces confinés au sein desquels elles se morfondent.
  
Les hiéroglyphes sont des insectes sociaux des sables.
  
Les teyxtes sont des tissus algueux vivants qui se développent à la surface des pensées.
  
Les xylophones sont des mots entêtants qui empêchent de penser.
  
La rutylance est comme un sentiment exacerbé de certitudes acquises.
  
L’hydre, ce n’est pas la peine qu’elle finisse ses phrases. Elle en dit toujours trop.
  
Et puis les l’eytres, ces grands oiseaux qui planent au-dessus des étants."