lundi 27 juillet 2015

Cette Chose derrière le Code

Le code concerne le vivant. Avec le numérique, notre attention endormie, depuis longtemps détournée par les artifices du langage, se retrouve éblouie comme un lièvre pétrifié dans le faisceau aveuglant des phares d'un camion lancé sur lui. Que se passe-t-il ? C'est la nuit et nous rêvons que nous sommes éveillés. Simulacre de réalité, ou réalité simulée... Nous tenons, dans notre sommeil, comme preuves de notre éveil, l'apparence des choses manufacturées, le monde artificiel que notre langage désigne comme la réalité. Une jungle, une végétation sémantique qui substantifie son propre lexique.
Car le langage excède l'humain. Le langage outrepasse ses fonctions cognitives, car en plus de structurer notre pensée et notre représentation du réel, il alimente notre perpétuel monologue intérieur. Etant notre intime, il ne peut être réductible à une simple mécanique, dans le sens où nous ne nous considérons pas nous-mêmes, humains, comme de simples machines.
Mais le langage est un code actif qui nous programme. Transformer des données en information, c'est leur donner forme, en les chiffrant en l'occurrence en base binaire. Que penser du fait que tout ce que nous produisons devienne des nombres ? Nous vivons depuis plus de deux millions d'années un rêve éveillé, emporté dans la dynamique virale du langage, en partie peut-être assimilable à la "grammaire générative" et au "module du langage" de Chomsky, pour lequel : "l'acquisition du langage n'est pas (ou du moins pas essentiellement) un processus d'apprentissage. Elle serait plutôt à voir comme l'exécution d'un programme informatique implanté dans notre cerveau dès notre naissance" (Cf. Piaget, Chomsky et la faculté de langage). 
Alors quel est le nom de la Chose qui programme ? Cela, sans nom, s'exprime par différents mots que nous lui substituons faute de savoir la nommer de son nom véritable. L'innommable, à un premier niveau, celui d'une inhumanité ; l'indicible, pour notre pensée langagière ; l'ineffable, au plan souverain.
Car la Chose est unique. Je n'évoque pas ici les choses, mais le code source.
C'est l'innommée, cette inconnue qui nous précède. La Chose codante est cette présence qui nous a précédés avant le langage et la pensée verbale, avant la réflexion et la conscience de soi.
S'il y a bien un "quelque chose qui existe sans signifiant précis : un objet perdu mais que l’on n’a jamais perdu et que l’on recherche", sa quête serait peut-être alors à l'origine du langage.
Le plus souvent nous restons limités par les métaphores anthropomorphiques.
La prospective de la lecture est directement concernée, car le jour où nos gadgets électroniques seront des fossiles, il sera trop tard pour essayer de comprendre comment nous aurions peut-être pu au 21e siècle, nous délier d'une lecture aliénante, comment nous aurions pu découvrir ce qu'était véritablement la lecture, et comment nous aurions pu lire (décoder) autrement le rêve lucide dans lequel nous étions, nous sommes, embarqués.
La période de l'écriture informatique et réticulaire, comme troisième écheveau sémiologique pour Clarisse Herrenschmidt et qu'elle fait débuter en 1936 avec la Machine de Turing (Cf. Les trois écritures, Gallimard, 2007, p. 387 et suivantes), nous garde (nous sauvegarde peut-être ?) dans l'artifice, le simulacre et la simulation. Or, "Du simulacre naît la simulation : c'est-à-dire l'expérience d'un futur réel au travers de ce qui en est montré - le simulacre - et l'action sur ce simulacre.". (Herrenschmidt). C'est là en quelque sorte de la prospective appliquée.