mardi 26 avril 2016

L'édition numérique au service des langues en voie de disparition ?

Une langue qui ne s’écrit pas s’expose-t-elle à une lente disparition ? L'édition numérique peut-elle contribuer à redynamiser et à diffuser des langues dont les locuteurs sont disséminés ou ont difficilement accès à des livres imprimés ?
Les éditions pure-player UPblisher vont dans ce sens en publiant ce texte signé par l'auteur algérien Chérif Arbouz : Ecrire l'Amazigh.
"L’Amazigh ou langue berbère rassemble environ quarante millions de locuteurs. Seule une infime minorité d’entre eux est capable de lire l’alphabet des origines."
Bien davantage manuel qu'essai, l'ouvrage s'adresse en priorité aux personnes parlant déjà l'amazigh, mais il n'en constitue pas moins une bonne illustration d'une approche pragmatique qui pourrait être reprise au service d'autres langues.
 

Extrait de la présentation de l'éditeur
  
"Écrire l'amazigh pose les bases d'une grammaire unifiée pour une des langues les plus anciennes du bassin méditerranéen. Cet ouvrage didactique de Chérif Arbouz est un pas majeur vers la normalisation des règles d'écriture d'une langue demeurée jusqu'à présent, essentiellement orale.
La langue amazighe ou berbère est parlée depuis plus de 2000 ans dans toute l'Afrique du Nord, le Sahara et une partie du Sahel. Elle se décline aujourd'hui en une trentaine de variétés et rassemble environ quarante millions de locuteurs. L'écriture de la langue a subi quant à elle une érosion progressive. Au gré des influences politiques, culturelles ou commerciales, souverains et lettrés se sont exprimés, à l'écrit, en grec, latin, arabe ou français ; si bien qu'aujourd’hui, l'alphabet des origines, connu sous le nom de « tifinagh », c'est-à-dire « les lettres », ne subsiste plus que dans les régions de l'extrême sud algérien..."