dimanche 28 octobre 2012

Semaine 43/52 : Fusionner avec le livre

Durant l’année 2012 j’ai décidé de publier ici même chaque semaine un billet exprimant mon sentiment personnel sur la semaine précédente, dans la perspective, bien évidemment, des problématiques de la prospective du livre et de l’édition.
Ce post est donc le 43/52.
  
Plusieurs lectures m’ont inspiré cette semaine. Et puis je ne comprends pas toujours le sens de tous ces colloques et autres rassemblements qui se multiplient. Sous des appellations contemporaines les vieilles corporations s’y parlent entre elles. Et après ?

Dans tous ces débats autour du livre et du numérique, où sont les historiens, les ethnologues, les anthropologues, les neurobiologistes, les linguistes, les sémiologues, les philosophes, les poètes, et les lecteurs ? Les lecteurs où sont-ils ? Les bibliothécaires, les enseignants (notamment de littérature), les professeurs des écoles qui apprennent à lire et à écrire aux enfants, et les professeurs documentalistes ? Tous se réunissent entre eux.
 
Or je pense que seule une approche transhistorique et transdisciplinaire pourrait nous permettre d’aborder sans trop de casse le nouveau monde qui nait sous nos yeux. Sinon ?
Ce sera le naufrage. Général. Seuls ceux qui trouveront une place dans quelques canots, ceux qui savent bien nager (il y en a), et, bien évidemment, les quelques-uns qui auront déjà pris pied sur ce nouveau monde, seuls ceux-là s’en sortiront pour ouvrir un nouveau chapitre de l’épopée de notre espèce.
 
L’Homo Lector
 
L’histoire ne se répète jamais, mais l’observation de ses ères successives peut nous permettre d’y lire de grands cycles qui, à des siècles, à des millénaires de distance, reviennent et nous amènent à un autre niveau d’évolution, sur un autre plan : c’est la même chose, mais c’est totalement différent pourtant.
 
Il se pourrait donc bien que le livre et le web fusionnent, mais alors comme lors de l’acquisition de la parole articulée et durant les grandes civilisations qui ont vécu sur Terre avant l’écriture, comme le livre et la nature fusionnaient alors.
Pour l’heure, et depuis plusieurs siècles, la lecture immersive — celle qui captive son lecteur, en ensorcelle peut-être quelques-unes, quelques-uns dont je suis, comme une survivance, car ce type de lecture stimulerait dans leur cerveau archaïque ce sentiment océanique de fusion avec le Monde ; la lecture immersive m’apparaît comme la frontière à passer.
Plutôt que de parler de fusion du livre et du web, je parlerais pour ma part de fusion du livre et des territoires numériques.
 
L’espèce humaine, avec l’hybridation homme-nano-ordinateurs, entrerait dans l’ère de l’Homo Lector, lecteur non plus seulement dans le sens où nous l’entendons depuis l’apparition des écritures, mais aussi dans le sens de système (logiciel) pouvant lire et s’orienter dans des flux de données de différents formats, décoder et interpréter une constellation fluide de territoires indépendants dans l’interdépendance.
Ce serait cette voie fluviale qu’il s’agirait maintenant d’emprunter.
Dans ce nouveau monde les manipulations textuelles n’y auront pas moins d’impacts que les manipulations génétiques et il se pourrait même que les deux aient partie liée ensemble.
Ce sera alors l’homme qui seul pourra une nouvelle fois assurer la transmission.
L’avenir, je pense, a besoin de notre mémoire du livre.
 
La lecture comme entrainement au monde de demain
 
Certains peuvent redouter là (ou dans mes propos) un processus de déréalisation, que les plus matérialistes perçoivent peut-être déjà dans la fiction en général, et dans le roman en particulier.
En fait, dans mon esprit, il ne s’agit pas tant d’une artificialisation, que d’ouvrir plus largement nos capacités perceptives, de repousser les limites de ce que nous appelons benoitement : “réalité”.
Limiter le concept de “réalité” seulement à ce que nous sommes capables de percevoir revient à réduire l’univers aux limites de nos capacités individuelles. C’est se comporter en machine et non en vivant et non en humain. Une radio ne reçoit pas les ondes de la télévision. Mais ne serions-nous pas plus que des appareils récepteurs ?
Je rejoins ici les réflexions de Pierre Lévy sur “La virtualisation du texte(extrait de Sur les chemins du virtuel - La Découverte éd., Paris, 1995), texte qui est à considérer comme un objet virtuel dont chaque lecture est une actualisation qui s’exprime par son propre paysage subjectif : « au-dessus des pages lisses un paysage sémantique mobile et accidenté ».
« L'espace du sens, écrit Pierre Lévy dans ce texte, ne préexiste pas à la lecture. C'est en le parcourant, en le cartographiant que nous le fabriquons, que nous l'actualisons. »
Je ne prétends aucunement que la lecture puisse nous apporter une connaissance lucide d’un monde supposé réel. La réalité n’existe pas. Nous qualifions d’un commun accord tacite de “réel” la part commune de quelques phénomènes, le plus souvent matériels, que nous percevons à peu près de la même manière.
Mais je pense que nous allons tous vivre une extension du royaume de la lecture, alors que tout porterait au contraire à croire au triomphe de l’image sonore animée, à Hollywood partout, à Luna Park toujours.
 
S’entrainer à la lecture immersive et aux échanges sur les territoires numériques, cette seconde planète qui, comme une peau sensible, recouvre progressivement la totalité de notre vieux monde, c’est initier son acclimatation à ce nouveau monde qui se déploiera durant les premiers siècles de ce troisième millénaire.
Mais pourquoi s’y acclimater puisque nous n’y vivrons pas ?
En ce qui me concerne : par refus de renoncer.
 
Dans son dernier grand roman, Thomas Mann sur un autre sujet, pose la question suivante : « Mais ce qui cesse de correspondre à sa définition ne cesse-t-il pas du même coup d’exister ? ».
En la lisant je ne peux m’empêcher de penser aux livres.
« Les manifestations les plus intéressantes de la vie, y fait dire plus loin Thomas Mann à son personnage principal, inventeur de la musique sérielle, ont sans doute toujours ce double visage de passé et d’avenir, elles sont probablement toujours progressives et régressives à la fois. Elles décèlent l’ambigüité de la vie même. ».
Moi-même et ici même dans cette chronique, je suis ambigu. Je le sais. Je ne m’en excuse pas.
 
J’ai l’impression quand même que beaucoup de ces gens qui s’agitent autour de moi sont en fait subjugués par l’écume du tsunami qui approche. La nouveauté de la tablette machin et la nouvelle tablette chose.
J’ai revu hier soir Les enfants du paradis.
Ce qu’écrivit Prévert : « La nouveauté… c’est vieux comme le monde, la nouveauté ! ».
 
Les trajets de la nuit ne doivent plus nous obscurcir ; nous devons aller maintenant, fiers et confiants. Et fusionner avec le livre.