mercredi 7 avril 2010

Marché du Livre : les 4 Cercles de l’Enfer ?

Je suis d’une nature plutôt optimiste, dans le sens où je garde toujours l’espoir malgré l’adversité. Nonobstant, je suis actuellement davantage optimiste pour l’avenir de la lecture (le plus important, ouf ;-) que pour le devenir du marché du livre.
Ce dernier, je le crains, passe par plusieurs cercles infernaux (bien entendu, ce n’est là qu’une substitution analogique, sorte de métaphore pour essayer de traduire ce que, les deux pieds dedans, nous n’avons pas le recul suffisant pour voir). Donc :

o Premier Cercle : La société du spectacle [Si vous ne voyez pas de quoi il s’agit cliquez ici ;-) « Le concept de spectacle se réfère à un mode de reproduction de la société basé sur la reproduction des marchandises, toujours plus nombreuses et toujours plus semblables dans leur variété. »]

o Deuxième Cercle : La culture mainstream [Si vous ne voyez pas de quoi il s’agit cliquez ici ;-) « Mainstream raconte cette guerre globale des médias et de la culture. Et explique comment il faut faire pour plaire à tout le monde, partout dans le monde. »]

Où en sommes-nous ? Nous avons traversé le premier cercle et nous franchissons le deuxième. Pour le livre, cela pourrait se représenter comme suit :

Passage de la Chaîne du Livre à la Chaîne de la world littérature
Best-seller Blockbuster (Dan Brown, Stephenie Meyer, J.K. Rowling…) => Graphic novel, BD... => Film et ses déclinaisons => Jeu vidéo => produits dérivés (figurines, etc.) dont attractions pour parcs de loisirs ou lancement d’un parc à thème dédié.

Déjà le troisième cercle se profile à l’horizon (au salon Demain le Livre, les 09 et 10 mars 2010 à Paris, le thème de la conférence de Philippe Colombet de Google Livres était : “Content from the cloud : les nouveaux enjeux de l’édition numérique”.). Donc :

o Troisième Cercle : Le cloud computing [Si vous ne voyez pas de quoi il s’agit cliquez ici ;-) « Les applications et les données ne se trouvent plus sur l'ordinateur local, mais, métaphoriquement parlant, dans un nuage (cloud) composé d'un certain nombre de serveurs distants interconnectés au moyen d'une excellente bande passante indispensable à la fluidité du système. L'accès au service se fait par une application standard facilement disponible, la plupart du temps un navigateur Web. ».
Par exemple, à terme, applications de lecture et livres numériques ne seront plus stockés sur nos ordinateurs ou sur des tablettes de lecture, Kindle ou iPad, mais, sur les serveurs de Google, d’Amazon ou d’Apple.]

o Quatrième Cercle : Fahrenheit 451 [Si vous ne voyez pas de quoi il s’agit cliquez ici ;-( « Fahrenheit 451 tient son origine de la température en Fahrenheit à laquelle le papier s’enflamme et se consume, soit environ 232,7°C. Le titre évoque ainsi deux façons de brûler un livre : les autodafés organisés par les pompiers et la lecture rendue impossible par l’atrophie de tout intérêt pour la chose littéraire. »]

En conclusion : Socrate (enfin Platon…) avait peut-être raison, quand dans Phèdre il soulignait la menace qu’allait représenter l’écrit pour la mémorisation et la transmission de la culture.
La lecture à voix haute, nous le savons notamment grâce aux historiens du livre, a longtemps prédominé et n’a jamais entièrement disparu.
A la fin du roman de Ray Douglas Bradbury, Fahrenheit 451, le héros « parvient à s'échapper de la ville et se laisse porter le long du fleuve pour rencontrer les membres d'une communauté itinérante, composée de vieux diplômés de Harvard, qui habite sur les routes, le long de vieux chemins de fer rouillant. Ils ont chacun appris un livre par cœur afin de le sauver de l'oubli auquel il était promis. Finalement, la guerre éclate et voit la ville détruite, donnant une chance à un nouveau départ. »
Au pire, au cours du millénaire, un petit cercle de lecteur émergera, comme une bulle de savon, de ces quatre cercles, et alors… l’histoire recommencera :-) Vous voyez, quand je dis que je suis optimiste ;-)