lundi 25 janvier 2010

Ruptures et continuités générationnelles en prospective du livre et de l’édition

Les époques à mutations rapides, c’est connu, génèrent des sociétés “fragmentées”, au sein desquelles les changements se diffusent de façon asynchrone.

Sur ces années charnières du 20e/21e siècle, que nous traversons, les effets de l’essor technologique (notamment avec les (n)TIC), puis, de la financiarisation de l’économie (qui a impacté les maisons d’édition et la diffusion-distribution du livre), ces effets sont aujourd’hui indéniables.

Concernant le monde du livre et de l’édition, je distingue des mutations à plusieurs niveaux :
- Au niveau des pratiques de lecture (et d’écriture) et de leurs usages (qui ont évolué sous l’influence du Web 2.0 puis des smartphones, et ce, pas seulement pour les natifs du numérique…)
- Au niveau des dispositifs de lecture (avec une offre de plus en plus large de terminaux de lecture nomade, des tablettes e-ink/e-paper du type e-reader Kindle d'Amazon, à l'iPad d'Apple…)
- Au niveau du marché du livre (avec notamment la reconfiguration en cours des circuits de diffusion-distribution…)
- Au niveau de la langue (avec les impacts à venir du programme de numérisation de Google, le développement du e-commerce du livre avec Amazon et Apple, face à de jeunes générations de plus en plus anglophones…).

Je liste ces mutations dans leur ordre “d’entrée en scène”, entre guillemets, et, face à elles, je pense qu’il serait peut-être pertinent de prendre en considération certaines ruptures et continuités générationnelles.
Dans une première approche, qui reste à affiner, nous pourrions distinguer (et légitimement prévoir à moyen terme) :
- Un changement naturel des générations de lectrices et lecteurs directement influencées par les mutations ci-avant listées…
- Un changement naturel des générations d’étudiantes d’étudiants aux formations aux métiers du livre et de l’édition, puis, un renouvellement générationnel (plus lent) des enseignants.
- L’arrivée de nouveaux jeunes professionnels au sein des maisons d’édition notamment, et la création, face aux maisons entre guillemets “historiques”, de start-up d’édition “pure player“ (nous en voyons déjà quelques-unes depuis le débarquement du iPhone comme terminal de lecture…).

Ces changements sont naturels et, naturellement, ils sont actuellement en cours. Je le constate régulièrement à mon niveau avec les nombreuses étudiantes et les étudiants qui me contactent spontanément.
En la pondérant avec les différences au niveau de leurs objectifs et de leur ancienneté, une étude comparative des profils des membres de l’Association des professionnels de l’édition (APE), et, de ceux du Syndicat national de l’édition (SNE), serait également peut-être éclairante ( ?).
Au niveau des lectorats, nous pouvons penser que les lecteurs qui ont aujourd’hui une trentaine d’année, et qui ont fait leurs apprentissages et leurs débuts de lecteurs sur des livres papier imprimés, resteront, au moins en partie, attachés à cette interface de lecture durant leur vie (c’est-à-dire une cinquantaine d’années en moyenne si l’on fixe l’espérance de vie à 80 ans). Ce marché, cumulable (et/ou qui recoupe partiellement ou totalement ?) celui de l’impression à la demande, n’est pas à négliger pour les papetiers et les imprimeurs.
Les ruptures générationnelles que nous pourrions discerner a posteriori, et qui seraient la résultante des mutations combinées que j’ai précédemment listées, s’opèreront, je pense, dans le fil de la continuité générationnelle naturelle.

Les industries graphiques devraient aussi je pense, prendre davantage en compte dans leurs stratégies de développement, une nouvelle génération d’entreprises : Google (société fondée en septembre 1998), Amazon (fondée en juillet 1995), Apple (fondée en avril 1976), multinationales qui n’existaient pas il y a seulement une quarantaine d’années (et une quinzaine dans le cas de Google !), et qui sont toutes par ailleurs de culture et de langue anglo-saxonnes. (Comme le sont également la grande majorité des sociétés qui développent de nouveaux dispositifs de lecture.)
Bien évidemment les professionnels des industries graphiques n’ont pas attendu la publication de ces lignes pour connaître et se soucier de l’existence de ces nouvelles entreprises. Mais, si elles s’y intéressent en termes de marchés et de technologies, ont-elles introduit dans leurs réflexions stratégiques cette dimension prospective ?
Selon moi les ruptures et les continuités générationnelles sont à prendre en considération, dans le cadre de la prospective du livre et de l’édition, dans le sens où les principaux enjeux ne sont ni financiers ni technologiques, mais : humains et culturels. (Principale raison, peut-être, pour laquelle la prospective du livre et de l’édition serait snobée par les acteurs du marché du livre ?)

Les enjeux sont d'abord humains, car l’économie actuelle du livre est intégralement basée sur la matérialité physique du livre papier relié et imprimé, que c’est là un secteur capital de l'industrie et de l'économie culturelles de notre pays et que des milliers d'emplois sont en jeu. De ce point de vue, il est légitime que les syndicats et les organisations professionnelles fassent ce qui n’est au fond que leur devoir. Mais il serait surtout urgent d’adapter la formation continue des professionnels d’aujourd’hui, et les formations en cours de ceux de demain.
Les enjeux sont également culturels, car le découplage des contenus et des supports, le développement d'une diffusion multicanal multisupport, posent des questions multiples et complexes, comme celles de la conservation du patrimoine écrit, de la sauvegarde des données, de l’intégrité des œuvres littéraires, des facultés d’attention et de mémorisation des lecteurs, etc.
Au terme de quelques générations, la lecture pourrait muter, et engendrer des bouleversements dans la culture et la pensée occidentales, aussi conséquents que lors du passage de la lecture à haute voix à la lecture silencieuse.

Je pense que deux mouvements de fond devraient émerger plus distinctement, se rencontrer, puis s'épauler l'un l'autre.
- Premier mouvement = de nouveaux entrants extérieurs, étrangers au milieu du livre, vont venir bousculer les pratiques et le marché.
- Deuxième mouvement = au sein même des métiers traditionnels du livre, le renouvellement des générations va doper l'interprofession de l'intérieur.
Les crispations que nous commençons à ressentir dans le climat social de l’édition et du marché du livre, ne viennent pas seulement de la crise économique et du passage (partiel, total ?) de l’imprimé au numérique, mais viennent, en partie au moins, de l'asynchronisme de ces deux mouvements. Le premier est rapide, boosté par Google, Amazon… Le second est beaucoup plus lent, ralenti par de vieux réflexes corporatistes.
D’où l’utilité qu’il y aurait peut-être à prendre davantage en considération, dans le cadre d’une démarche prospective, les ruptures et les continuités générationnelles.

N.B. : Il ne s’agit ici que d’une première approche sans prétention de ces questions, de quelques réflexions appelant le partage. Si vous réfléchissez ou travaillez sur ces sujets de sociologie de l’innovation, de ruptures et de continuités générationnelles par rapport à la lecture, au livre et à son marché, n’hésitez pas à me contacter. Il y aurait alors de grandes chances que vos travaux m’intéressent ;-)

[Illustration : “Internet est important pour se sentir intégré dans notre société” – Source : La diffusion des TIC dans la société française La Génération Y – Julien Pouget.]