mercredi 30 septembre 2009

Nous sommes une espèce fabulatrice...

Lors de la création de ce blog j'avais décidé de distinguer périodiquement un "Livre du mois" (colonne de droite). Il ne s'agira aucunement d'un livre forcément récent, ou traitant forcément de l'histoire ou de la prospective du livre, mais d'un ouvrage dont la lecture aura marqué de son empreinte mes réflexions de prospectiviste du livre et de l'édition.
Et L'espèce fabulatrice de Nancy Huston, paru aux éditions Actes Sud en 2008 est incontestablement de ceux-là :-)
La quatrième de couverture, que je cite ci-après, exprime parfaitement l'épopée narrative dans laquelle une espèce animale, la nôtre, l'espèce humaine, s'est lancée, pour se dépasser, pour dépasser ses propres limites, celles de son animalité d'abord, puis celles de son immortalité ensuite, puis, pourquoi pas, peut-être un jour celles de sa propre fiction...
" Ils disent, par exemple : Apollon. Ou : la Grande Tortue. Ou : Râ, le dieu Soleil. Ou : Notre Seigneur, dans Son infinie miséricorde. Ils disent toutes sortes de choses, racontent toutes sortes d'histoires, inventent toutes sortes de chimères.
C'est ainsi que nous, humains, voyons le monde : en l'interprétant, c'est-à-dire en l'inventant, car nous sommes fragiles, nettement plus fragiles que les autres grands primates.
Notre imagination supplée à notre fragilité. Sans elle - sans l'imagination qui confère au réel un Sens qu'il ne possède pas en lui-même - nous aurions déjà disparu, comme ont disparu les dinosaures. "
Dans ces lignes, puis dans ce livre tout entier, qui aborde les questions de la naissance du Sens, de l'Arché-texte ("Structure de base de tous les récits primitifs, depuis La guerre du feu jusqu'à La guerre des étoiles..."), du lien Persona, personnage, personne, et du pourquoi du roman..., c'est notre civilisation du livre qui est interrogée, et ces interrogations ne peuvent que nous mobiliser profondément à l'heure où, tant les dispositifs d'écriture et de lecture, que nos pratiques de lecture elles-mêmes, mutent, à l'heure où autofiction et autoédition entrent en collusion (sic ;-) et où il nous faut accompagner, aujourd'hui, tant les lecteurs que les professionnels du livre et de l'édition, dans cette migration qui est bien plus que simplement numérique.

("Née à Calgary (Canada), Nancy Huston, qui vit à Paris, a publié de nombreux romans et essais chez Actes Sud et chez Leméac, parmi lesquels Instruments des ténèbres (1996, prix Goncourt des lycéens et prix du livre Inter), L'empreinte de l'ange (1998, grand prix des lectrices de Elle) et Lignes de faille (2006, prix Femina)." Présentation Actes Sud.)