samedi 19 septembre 2009

Un réseau social de lecteurs francophones dope l'édition numérique du 21e siècle ?

Oui, cela aurait pu être. Cela était possible. Avec zazieweb.
zazieweb qui s'arrête faute de soutien, tant des pouvoirs publics français, que des principaux acteurs de l'interprofession du livre.

zazieweb.fr c'était depuis 13 ans grâce au travail permanent d'Isabelle Aveline :
1 500 000 pages vues mensuelles
250 000 visiteurs uniques / mois
21 917 membres/lecteurs inscrits (à ce jour)
19 950 inscrits à la newsletter (à ce jour)
1912 petits éditeurs in Guide petite édition
Le public : les lecteurs amateurs, les bibliothécaires, les libraires indépendants, les éditeurs, les prescripteurs du livre...

Depuis hier, 18 septembre 2009, nous pouvons lire en lieu et place de la page d'accueil de zazieweb.fr l'histoire de ce qui restera comme l'une des plus belles aventures du web littéraire francophone, et les raisons de cet arrêt scandaleux :

"Pourquoi s’arrêter ?
Après avoir beaucoup attendu notamment :
• des pouvoirs publics
• des institutions (une reprise a été à l’étude pendant deux ans, mais le projet n’a finalement pas été rendu possible)
• des services culturels
Parce que les moyens et la puissance pour créer un réseau social francophone de lecteurs, sur la base de ZazieWeb, n’ont pas été accordés.
Parce qu’il ne m’appartient pas de continuer à porter à bout de bras et en bénévolat une « communauté de e-lecteurs », avec une technologie chaque jour de plus en plus obsolète, parce que la version actuelle du site date de 2001, et qu’une refonte du site serait nécessaire. Parce que pour des raisons personnelles je souhaite travailler ET être rémunérée (sic).
Parce qu’il semble que les logiques de subvention se concentrent sur les projets de numérisation, les arts numériques, pas sur la médiation… alors qu’il me semble — et depuis longtemps — que c’est l’exercice de la médiation qui seule rendra le livre numérique pertinent, voire même qui créera désormais l’existence « réelle » du livre et du livre numérique.
Laissant la numérisation à d’autres, plus puissants, plus pertinents notamment dans les moteurs de recherche…
Alors que le pouvoir du livre n’est plus forcément le pouvoir des auteurs, des éditeurs, mais le pouvoir des lecteurs, des amateurs, en vrai, le pouvoir rendu à l’activité, l’exercice de la lecture…
Alors qu’il aurait été intéressant depuis longtemps de créer un Ircam du texte…
Comment ne pas s’étonner/se révolter de tout ceci ?
[...] Parce que les bons modèles sont les modèles des « pures players » et de surcroit le plus souvent anglo-saxons…"

L'arrêt de zazieweb n'est, malheureusement, qu'un signe de plus que nombres de décideurs (investisseurs) sont prêts à livrer l'édition et la littérature françaises pieds et poings liés aux majors anglo-saxonnes de l'entertainment !